Football féminin/ Après l’élimination de la Côte d’Ivoire à la Can 2016 : Le grand malaise

Écrit par 
Publié dans Sport
vendredi, 24 février 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le football féminin ne bénéficie pas d’un meilleur traitement à la Fédération ivoirienne de football. L’élimination à la Can 2016 a ouvert la boîte de pandore. Le 11 avril dernier, au stade Robert Champroux de Marcory (Abidjan), Touré Clémentine, patronne du

staff technique des Eléphants dames et ses joueuses, n’en revenaient pas. Malgré les efforts consentis et un public qui a répondu

présent, elles n’ont pas eu gain de cause. Les larmes aux yeux, elles regardaient les Egyptiennes célébrer leur qualification à la Can féminine « Cameroun 2016 ». Oui, la Côte d’Ivoire venait de manquer une troisième qualification consécutive à une phase finale de l’épreuve des dames sur le continent…face à une modeste équipe d’Egypte battue d’ailleurs 2-1 ce jour à Abidjan, mais qui avait surpris les Ivoiriennes au Caire 1-0. Nahi Estelle et ses coéquipières pleuraient. Des pleurs qui se justifient. Car durant des années en sélection nationale, elles ont tout donné pour cette équipe sans rien recevoir en retour. En 2014, elles ont même remporté la médaille de bronze à la Can en Namibie, synonyme de qualification au Mondial canadien. Historique pour la Côte d’Ivoire au niveau des dames. En 2015 aux Jeux africains au Congo-Brazzaville, les Eléphantes conduites par Touré Clémentine s’adjugent la médaille de bronze. Une énorme progression qui n’aura pas de répercussion sur les joueuses. Selon un ex-membre de la commission de football féminin, qui a requis l’anonymat, une partie des primes de la Can 2014, du Mondial canadien et des Jeux africains n’a pas été payée. Et des joueuses ont, à plusieurs reprises, fait grève au centre technique national de Bingerville, lors des regroupements, pour entrer en possession de leur dû. « Des joueuses ont refusé de s’entraîner parce qu’on leur doit 5 millions Fcfa pour le Mondial, 4 millions Fcfa pour la Can et un million Fcfa pour les jeux africains », confie cet ex-membre de la commission de football féminin de la Fif. Le comble, poursuit-il, après l’élimination à la Can 2016 face à l’Egypte, ce n’est que la modique somme de 5.000 Fcfa que les « filles ont perçue le lendemain, à Bingerville, comme transport ». Fâchées, plusieurs joueuses auraient mis une croix sur la sélection nationale. « Il y a une véritable cassure, nous sommes négligées et c’est difficile pour notre coach qui n’a pas les moyens pour travailler comme il se doit. Aujourd’hui, les gens veulent mettre l’élimination sur son compte, mais a-t-elle eu les moyens  pour motiver davantage ses athlètes ? Notre sélection compte des professionnelles qui refusent de jouer pour des miettes », fait remarquer une joueuse. La cassure, soutient-elle, est partie de la radiation de l’équipe nationale de Djohoré Cynthia : « C’est une fausse affaire. Si Djohoré décide de parler, des têtes tomberont ». Approchée, la concernée a refusé de dire un mot. « Je ne veux pas parler pour l’instant », a-t-elle coupé court. Si le président de la Fif, Sidy Diallo et son vice-président, Sory Diabaté, se rendent le plus souvent à Bingerville, pour encourager les Eléphantes à la veille d’un match officiel, tel n’est pas le cas des autres membres du comité exécutif de la Fif qui, selon les propos des joueuses, adorent pourtant les voyages lorsqu’elles se qualifient pour une compétition. « Lors de leur préparation, aucun membre du comité exécutif ne leur a rendu visite et ils comptent sur  leur qualification pour voyager. Je vous donne une info, la Fifa exige de la Fif de faire le bilan moral et financier de ses compétitions de 2014 et 2015. Le dernier délai, c'était en avril 2016. On ne sait pas ce qui se passera », souffle un membre de la commission de football féminin dirigée depuis la réélection de Sidy Diallo par Ezoua Christine. Cette dernière, président de Moossou FC (Ligue 1) au niveau des hommes, joue la carte de l’apaisement et milite pour un championnat féminin fort pour aboutir à la mise en place d’une équipe nationale dynamique.

LES PRECISIONS DE LA FIF

Concernant les primes impayées, la patronne de la commission de football reconnait ces arriérés et fait savoir que le point a été fait au comité exécutif de la fédé pour le règlement intégral. C’est pourquoi, elle appelle les joueuses à la patience. « Nous les comprenons. Mais qu’elles soient rassurées, nous avons fait le point et elles auront leurs primes », a-t-elle répondu hier au téléphone. Elle s’est néanmoins réjouie du fait que le championnat national débuté sous l’ancienne présidente, Berthe Adou, en 2015, soit arrivé à son terme, le week-end écoulé : « Il restait 8 journées et nous avons tout fait pour finir le championnat. Maintenant, nous pensons à la saison 2016 dont le coup d’envoi est prévu en principe le 20 mai prochain, si tout se déroule bien ». Pour elle, la priorité, c’est d’avoir un championnat fort et mettre en place une sélection nationale dynamique qui reposera sur les meilleures joueuses locales. « Nous ne voulons pas que les filles chôment. Les subventions seront données pour la reprise. Encore, nous appelons tous les acteurs à la patience pour un football féminin fort », a-t-elle indiqué. S’agissant de la rumeur relative à un probable limogeage de Touré Clémentine, elle dira ceci : « Je n’ai rien décidé et je ne suis au courant de rien ». En tout cas, les joueuses du football féminin en Côte d’Ivoire réclament un meilleur traitement. « Nous défendons les couleurs de la Côte d’Ivoire comme les hommes qui sont traités comme des princes », rappelle une joueuse frustrée. Le bout du tunnel est vraiment loin.

 

Annoncia SEHOUE

Lu 314 fois
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci