Interview / Koné Souleymane, migrant ivoirien en Libye de retour au pays : « Ce sont nos frères noirs qui ont montré aux arabes comment, ils pouvaient se faire de l’argent à partir de l’homme » « Nos autorités sont méchantes ...c’est par pur dé

Publié dans Nation
mercredi, 29 novembre 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Koné Souleymane, la quarantaine, était jusqu’à la date de son départ en Libye, en 2012, ferrailleur à la casse d’Adjamé-Abidjan. Gagné par le découragement à un moment de la vie sur la terre de ses aïeux, il a préféré aller ‘’se chercher’’, mais l’aventure n’a pas été heureuse pour l’ancien vendeur de pièces détachées. Il a été contraint par les réalités de l’odyssée à retourner chez lui grâce à la générosité du gouvernement ivoirien, qui a affrété un avion pour ramener au pays  lui et ses ‘’ amis’’ en situation pénible à des milliers de kilomètres de chez eux. Dans cette interview exclusive, le jeune aventurier raconte son enfer et accuse.

 pourquoi êtes-vous de retour au pays ?

je suis de retour en côte d’ivoire. je fais partie de la première vague des migrants que le gouvernement a aidé à retourner au pays. je suis revenu, parce que les conditions de vie de là bas n’étaient plus ça.

il est dit, qu’en libye, les migrants africains sont vendus comme du bétail. vrai ou faux ?

  oui, c’est vrai ! là bas, nos frères africains qu’on appelle les ‘’coxers’’, sont ceux qui font ce trafic. ils appellent des frères au pays, ils les mettent en confiance et leur demandent de venir qu’on peut aller facilement en europe par la libye, que tout est ouvert. les’’ ibo’’ (ethnie d’une sous-région), sont les premiers à monter ce business. ce sont  nos frères noirs qui ont montré aux arabes comment, ils pouvaient se faire de l’argent à partir de l’homme. certains sont faits prisonniers. et, tes parents doivent envoyer de l’argent du pays pour te sauver. ceux qui se jouent les durs sont tués.

vous êtes témoin de telles pratiques inhumaines, pourquoi n’informez- vous pas votre ambassade  à tripoli?

 (ndlr il pousse un petit rire !) l’ambassade ne sait même pas que nous sommes là. nous vivons dans

la clandestinité

Vous étiez allés pour traverser aussi la méditerranée ?

 Non ! Moi je suis allé me chercher  en Libye pour venir investir dans mon pays. J’ai travaillé pour libérer des frères noirs là bas. Sinon, on allait les tuer. On te réveille à 2h, 3h du matin, et on te demande de venir monter dans un bateau à la forme d’une boite d’allumette pour traverser la mer

Vous dites que vous étiez ‘’allés vous chercher’’. Est-ce que vous ne pouvez pas ‘’vous  chercher ici à Abidjan ‘’?

A Abidjan, nos autorités sont méchantes. Moi, je me débrouillais à la casse. Je vendais des pièces détachées d’automobiles. Un matin, les gens sont venus tout casser sans penser que, c’est des pères de familles qui se débrouillaient là. Ne sachant plus quoi faire, c’est pourquoi, j’ai décidé de me retrouver à l’aventure. (Ndlr, il cite le nom d’un ministre), je suis allé voir un ministre chez lui à la maison pour  m’aider à faire quelque chose. Jusqu’ aujourd’hui rien.  Dieu merci même, il n’est plus ministre. C’est par pur désespoir que nous retrouvons là bas. Nos autorités ne sont pas prêtes pour nous. Il faut qu’on se dise la vérité. 

Combien de francs CFA faut-il au moins pour tenter une telle aventure ?

Chacun à ses ambitions. Moi, c’est avec un peu une ‘’brique’’ (ndlr : 1million)

C’est un retour définitif ou allez-vous chercher encore à repartir ?

Pour moi, c’est un retour définitif. Au quartier on se moque de moi. On dit je suis maudit, mais je crois en Dieu. Souvent, c’est à cause des railleries que beaucoup préfèrent mourir là bas.

Qu’attendez-vous du gouvernement ?

Que le gouvernement nous aide à gagner de quoi à faire pour nous occuper de nos enfants et femmes. Depuis que, j’ai mis pied à Abidjan, tout ce que le gouvernement a promis, rien n’a été fait. On nous a juste donné des bidons d’huiles et sac de riz.

YAPI Yapi

Koné Souleymane accuse les autorités de ne rien faire pour les empêcher de tenter l’aventure (Ph YY)

Lu 174 fois Dernière modification le mercredi, 29 novembre 2017 12:14
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci